Retranscription du Tuyau, numéro 10, page 3 (16 septembre 1915)

Voir la page originale du journal ici

séparation

sont divisées en trois groupes qui opèrent sous la direction des généraux Russki, Ebert et Ivanoff.
Je ne sais si je suis dupe d'une illusion, mais il me semble que ce changement de personnel dans le Haut-Etat-Major coincide avec une amélioration de la situation militaire russe. La retraite de nos alliés se fait plus lente, leur résistance plus opiniâtre, sur certains points même ils ont pu reprendre avec succès l'offensive.
Si j'en juge par les communiqués allemands et russes du 5 au 12, les armées du Maréchal de Hindenburg qui occupent la partie nord du front oriental, de la Baltique à la voie ferrée Biclostok-Slomom, avancent péniblement. Sans doute elles ont, sur leur aile droite, au sud-est de Grodno, pris Wolkevirtz (comm. all. du 8) et Skidel (comm. du 11) et fait leurs habituels prisonniers. Mais le reste de ce groupe d'armées paraît immobilisé au Nord et il semble qu'après avoir à Friedrichstadt rejeté les Russes sur la rive droite de la Duna le général Von Below n'ait pas pu ou pas voulu traverser le fleuve et tenter le vaste mouvement tournant qui eût fait tomber Riga en sa possession.
Pénible aussi est la marche du prince Léopold de Bavière dans le secteur qui lui est assigné et que délimitent au Nord, la ligne de Biclostok à Slomm, au Sud celle de Brest-Litowsk à Prusk. Le pays est défendu par d'excellents obstacles naturels que les Russes savent utiliser, de rivières comme les petits affluents du Nüemen, la Rossa, la ? des marais comme ceux de Roshany, et il faut aux Allemands pour avancer en dépit du pays et des hommes un effot toujours répété qui les use. Malgré tout le prince de Bavière a sur certains points franchi la Selwipanka.
L'offensive de Mackensen se ralentit elle aussi, les avant-gardes du maréchal n'ont pas dépassé Chomsk et Drogitschin.
Par contre les Autrichiens ont (comm du 9 7bre) pris Dubno, la seconde des forteresses du triangle Wolhiynien. Ils avaient déjà Luck, seule Rowno leur échappe encore.
Mais ce succès est compensé par ceux que les Russes viennent de remporter en Galicie. Nos alliés en effet annoncent avoir le 7 et 8 7bre battu sur les bords du Serth, près de Tarnopol et de Tremblowa, des armées allemandes et autrichiennes. Ils auraient fait sur cette partie du front un grand nombre de prisonniers, pris des canons, gros et petits, et des mitrailleuses.
En résumé la situation sur le front russe paraît meilleure que précedemment et il semble que nos alliés si rudement secoués, soient en train de se ressaisir.
2°Front français.
Le grand évènement de la semaine sur le front occidental est l'assaut donné par les troupes du Kronprivez, le 8 7bre, en Argonne, à nos positions dans la région Nord-ouest de Vienne-le-Château.
D'après le communiqué impérial du 9, les Allemands se sont emparés sur une largeur de 2 kilomètres et une profondeur de 3 à 500 mètres, des tranchées françaises et de plusieurs fortins parmi lesquels l'ouvrage dit de Marie-Thérèse. Toujours d'après la même source, ils ont pris 1999 hommes et 30 officiers, 48 mitrailleuses et 54 poseurs de mines. En d'autres termes, ils ont forcé notre première ligne de défense et fait prisonniers les deux bataillons qui l'occupaient. A la date ou j'écris (12 septembre) ils ne semblent pas avoir poussé plus loin leur avantage. Sans doute ont-ils été arrêtés par le feu de notre artillerie.
Rappelons à ce propos que l'activité de l'ennemi dans le secteur de l'Argonne a été constamment très grande depuis le 20 Juin 1915, date des premières attaques jusqu'à ce jour. Le Kromprinz et le général de Mudra qui le sedonde, se sont semble-t-iln proposé comme objectif immédiat la route de Vienne-le-Château au Tour de Paris, et comme objectif plus lointain la ligne de chemin de fer de Châlons-sur-Marne à Verdun, par Sainte Menchould et Clermont-en-Argonne. Cette ligne est en effet la seule qui desserve notre grande forteresse de l'Est, puisque depuis près d'un an, les Allemands sont à Saint-Mihiel et commandent la voie ferrée de Lérouville à Verdun.
Peu de choses à noter par ailleurs sur le front occidental sinon l'activité très grande que déploient les aviateurs français et allemands. Le communiqué français du 6 7bre (15h) annonce le bombardement par nos aéroplances des casernes de Dieuze et de Morhange. Celui de 20h fait savoir que les allemands ayant bombardé le 1er sept la ville ouverte de Lunéville, nous avons envoyé par représailles 40 avions français survoler la gâre et les bâtiments militaires de Sarrebrück (c'est sans doute au cours de cette expédition qu'a été tué le célèbre capitaine Féquant dont nous apprenons par ailleurs la mort. Toujourd d'après