Retranscription du Tuyau, numéro 10, page 8 (16 septembre 1915)

Voir la page originale du journal ici

séparation

Notes musicales

Lundi 6

Les auditeurs de l'orchestre du 1er Camp ont eu hier un bon programme. Il était un peu court. Marche d'ouverture qui permet aux musiciens de "se mettre en doigts ou en lèvres", usage n'existant, je crois bien que dans les concerts militaires !
"La Forlane" d'Ambroise Thomas, quoique étrangère de caractère est bien l'oeuvre d'une compositeur français du siècle dernier, exempt de toute influence étrangère. Il nous a donné avec "Mignon" le plaisir d'entendre dans notre exil, de la musique purement française où se lit la franchise et la sincérité.
Nous avons entendu une charmante oeuvre d'Ernest Gillet "Idylle aux champs" exquise de grâce, de fraîcheur et de simplicité. Elle nous a permis d'apprécier en détail le talent et la valeur des instrumentistes... Les phrases de hautbois étaient trop lentes. Plus vives elles auraient gagné en gaieté.
L'ouverture de la "Norma" a été pour moi le souvenir d'intéressantes réunions d'art musical. Cette oeuvre a permis ici de constater l'assurance et la maîtrise des premiers violons. Les bois par contre n'ont pas compris les beautés de la belle phrase romantique "legats tempre" qui revient plusieurs fois et qui fait pardonner certains passages trop fréquents dans les accompagnements à l'italienne finissent par exaspérer les nerfs.
Mr Fernad Kalphen est un compositeur simple et intègre. Sa "Valse lente" charme par ses harmonieuses combinaisons d'intervalles. Des accords étaient incomplets et il aurait fallu pour la correction et l'exécution d'une si correcte musique une harpe ou un piano. Heureusement que chez le compositeur le talent et l'inspiration surpassent un peu l'influence de l'école, ils ne la dépassent pas assez.
Le concert a pris fin brillamment avec une des Chardas de G.Michiels. Gené et langoureux tour à tour, le public ne pouvait partir sur une meilleure impression que sur celle crééer par l'audition de cerre 8e Gardas. Elle a été exécutée comme il fallait avec la plus grande indépendances de mesure et avec beaucoup d'opposition dans les nuances, ce qui en général manque à l'orchestre. C'est un bon présage.
Le même programme a été exécuté au Camp 2. Le 2e concert a été meilleur que le premier.
Intérim.

séparation

La vie au Camp IV

Tant pis pour ceux qui trouveront la chose étrange! Je vais bien femme, dire deux mots de la mode masculine au 4e Camp. Les cuisiniers, personnages importants ont décidé que la chéchia se porterait désormais violette, étant rouge depuis assez longtemps. L'exemple venant de si haut a été suivi et le lavoir sert le matin de temps à autre de laboratoire pour la teinture des vieilles chéchias. Car nos zouaves sont économes, au lieu d'acheter de nouvelles coiffures, ils utilisent fort adroitement les anciennes. Tous mes compliments.
Vendredi 3 7bre. La troupe théâtrale qui n'avait joué jusqu'à ce jour que pour les prisonniers du 4e Camp a eu le plaisir de se faire entendre au cours d'une réunion moins restreinte. Mr le Médecin Chef lui en a donné l'occasion en exprimant le désir d'entendre "La Chance du Mari" qui avait obtenu à la première un succès particulier.
Les artistes ont donc joué sur leur scène de la 24B en présence de Mr le Médecin Chef accompagné de tous ses collaborateurs et des membres de la Censure. Mr le Lieutenant de la 4e Cie assistait à la représentation. Celle ci a été un nouveau succès et a même semblé plus réussie que la "première" peut-être grâce à la scène éclairée électriquement pour la 1ère fois, peut être aussi grâce à l'entrain de la troupe que Mr le Médecin Chef a fait appeler très aimablement après la séance et a complimenté en la personne de MM Camille Larché, Roux, Lebailleur et Lucien Vacherot.
Dimanche 12 7bre Visite de la musique du 1er Camp. Programme très bien composé et exécuté avec plus d'ensemble encore que les précédents. Mr le Commandant du 1er Bataillon assistait à cet excellent concert et a redemandé la marche de P.Foste. "Eveillez-vous" qui a été rejouée allègrement par l'orchestre plein de vaillance. Au point de vue de la composition de ce dernier, ce qui semble lui manquer le plus actuellement est un deuxième trombone. Mr Chatenet qui le sait a d'ailleurs fait des efforts malheureusement infructueux pour s'en procurer. L'artiste sur lequel il comptait à quitté le camp...
La Marchande d'écrevisses