Retranscription du Tuyau, numéro 12, page 5 (30 septembre 1915)

Voir la page originale du journal ici

séparation

par toute la troupe, cette satire pétillante d'esprit, a mis de nouveau en valeur la froide et comique assurance de Mr Larché, le jeu aisé de Mr Lebailleur, la correction de Mr Vacherot (redevenu homme du monde) et la grâce étudiée de Mr Roux.
Un combat de boxe, qui corsait le programme, mit aux prises les deux frères Boudin. Ce sont deux Boudins blancs, les meilleurs dit-on. L'un grand et souple, l'autre moins haut mais plus puissant. C'est le premier qui l'emporta, s'assurant aisément l'avantage à chaque round. Bon feinteur, esquissant à merveille, possédant un jeu de jambes élégant, il sut toujours, dans l'attaque frapper juste son frère réduit la plupart du temps à la défensive. Dans ce rôle, souvent périlleux, celui-ci se montra encaisseur robuste et consciencieux, comme j'en souhaiterais à tous les établissement de crédit.
G.G.J.

séparation

Echo du 3e Camp

Dimanche a eu lieu le 4e Concert Symphonique. L'exécution comme toujours a été parfaite. La Fantaisie sur "Faust" a été très goûtée, les applaudissements nourris en sont une preuve. La "Marche de Jeanne d'Arc", elle aussi, a remporté un gros succès. En résumé, concert très réussi, le succès é été je crois plus vif que jamais.
On annonce au 3e Camp, la création d'un "Groupe Amical Récréatif" qui se chargera d'organier toutes les distractions et récréations possibles au Camp. Il a déjà créé une bibliothèque qui avec la bonne volonté de tous ne tardera pas à s'aggrandir. Les volumes sont actuellement à la reliure. On en établit le catalogue. Dès ces préparatifs commencés les prêts commenceront. D'autres indiscrétions m'ont fait savoir que sous peu la partie artistique ferait ses débuts. Les éléments ne manquent pas, j'en suis persuadé. On ne peut qu'encourager les braves qui ont entrepris cette tâche difficile, un peu de patience, nous les verrons à l'oeuvre.
Gribouille.

séparation

Bibliothèque du "Tuyau"

Nouveautés de la semaine
Jules Claretie Le petit Jacques N°190
Pierre Loté Jérusalem N°789
Don de la Mon Nelson
Mayne Reid Les Partisans N°191
id La quarteronne N°192
Georges Duruy Victoire l'âme N°193
id L'unisson N°194
Don de la Mon Hachette

séparation

où nous pourrons nous rencontrer à nouveau... Et avant que les jeunes gens aient pu prononcer un mot, elle atteiganit la porte, suivie par le chauffeur, qui, la casquette à gourmette de cuivre de nouveau sur la tête, ne quittait pas des yeux la silhouette noire déjà presque disparue dans l'ombre de la Ruelle.

Chapitre V
Faivrol en scène

Aubemont et le journaliste étaient restés stupéfais. En somme un lapin de plus, s'exclama Dupont, j'en ai plein le dos de cette femme-là, je fous le camp -et se levant il appela "Patron" - Ce fut le garàon qui s'approcha, vérifia les soucoupes, rendit la monnaie, empocha son pourboire. "Allons venez-vous Aubemont - dit la petite Dora à l'autre qui de plus en plus préoccupé et rêveur restait assis - quelques pas au grand air nous éclairciront les idées?
Au nom d'Aubemont, le garàon réprima un petit geste d'étonnement, puis comme prenant une décision subite:
- Monsieur est Mr Aubemont, bibliothécaire à la Sorbonne? et sur un vague geste d'acquiescement de ce dernier - Mr m'excuse, mais n'est-il pas l'ami de Mr Renard qui est à la Bourse?
Si vous parlez de Renard qui est employé au Comptoir d'Escompte c'est bien mon ami, j'ai diné hier soir avec lui et nous avons passé la soirée ensemble, mais qu'est ce que cela peut bien vous faire
- Toujours mon vieil ami le hasard, fit comme se parlant à lui-même le garçon, puis plus haut: Permettez-moi en effet de me présenter. En en tour de main il s'était débarassé de son veston blanc, de son plastron, de son gilet noir, il en fit un paquet qu'il jeta sur le comptoir et apparut vêtu d'un très simple complet gris; il entrouvrit le veston, fouilla dans sa poche et tendit à Aubemont sa carte où les deux amis intrigués au plus haut point de tout ce manège lurent avec stupéfaction le nom de celui que les plus habiles de nos policiers reconnaissent pour leur maitre. "André Faivrol".
A la vue de cet homme de taile moyenne mais qu'on devinait entrâiné à tous les exercices corporels, au visage rasé intelligent et énergique, au regard franc et pénétrant, les deux jeunes gens n'eurent pas un instant d'incrédulité, il n'eurent pas non plus la moindre velleité de résistance quand les invitant du geste à se rasseoir Faivrol prononça:
"D'après ce je que je sais déjà, que vous ignorez encore, et d'après ce que j'ai pu entendre de votre conversation, Messieurs, l'affaire dans laquelle vous vous trouvez engagés peut vous exposer à de sérieux dangers. Aussi vous demanderai-je de suivre de point en point mes instructions et surtout de vous montrer aussi discrets que prudents.
Pour commencer Mr Dupont va rentrer au plus vite chez lui, recueillez précieusement cette volumineuse correspondance que lui a laissée Mlle Marinette et l'expédier immédiatement en recommandé à Mr Ravier juge d'instruction au Palais de Justice. Puis mon cher