précédent

Voir le journal en version originale.

séparation

Retranscription du Tuyau, numéro 16, page 4 (28 octobre 1915)

séparation

allemand, occupé sans doute avant tout par la grave partie qui se joue dans les Balkans. Les communiqués français et anglais nous apprennent en effet d'abord que les Français sont rentrés en possession de leurs tranchées sur l'HatmamswillerKoff et qu'ils ont en outre, au cours de l'attaque qui les leur a rendues, conquis un fortin et fait 50 prisonniers, puis que quatre attaques allemandes contre le Bois en Hache au Nord-Ouest de Souchez ont été repoussées, l'une le 17 octobre, les trois autres le 18. Que les allemands après une violente préparation d'artillerie ont attaqué sur un front de 10 kms nos positions entre la Pompre et Prosnes près de Reims, qu'ils ont pénétré dans quelques éléments de nos tranchées avancées, d'où les ont complètement expulsés deux contre-attaques françaises.
Qu'ils ont sans plus de succès tenté de reprendre les carrières d'Hulleck et la partie qu'ils avaient perdue, en septembre, de l'ouvrage Hohenzollan (18 oct.) Qu'enfin les aviateurs français ont bombardé les hangars à aéroplanes de Burlincourt, près de Château Salins et la ville de Trêves. Malgré tout, l'ère des grands combats semble, momentanément close dans l'ouest. Et l'attention se porte ailleurs.
3°Front Oriental - Semaine intéressante, marquée sur presque toute l'étendue du front par des engagements importants, dont la plupart ont tourné à l'avantage de nos alliés. On a de plus en plus le sentiment que la période des désastres est passée pour les Russes, qu'ils sont désormais capables de résister à la pression allemande, que bientôt même ils pourront à leur tour inquiéter sérieusement leurs adversaires. Dans le Nord, a vrai dire où Hindenburg a amené de gros effectifs et de l'artillerie, les troupes du Général Russki restent encore sur la défensive. Elles ont même fort à faire pour tenir tête aux troupes ennemies qui menacent Riga et Dunabourg, et cherchent par la possession de ces deux villes à s'assurer la ligne de Duna. C'est ainsi qu'elles n'ont pu empêcher les Allemands de franchir la Misse, puis d'atteindre la Duna à l'Est de Borkerbits et de s'étendre ensuite jusqu'à Bassemande le long de la rivière. C'est ainsi également que l'on nous annonce la prise d'Aluxt, près de Dunabourg, par les allemands. Les Russes pour dégager Riga ont essayé d'une diversion, et après un bombardement qui a fait une cinquantaine de victimes, débarqué des troupes près du cap Damenac, à l'extrémité de la Courlande maus leurs effectifs, trop faibles pour agir efficacement, ont du se retirer après avoir fait quelques prisonniers. L'avantage dans ce secteur reste donc à Hindenburg. Dans les autres par contre, les Russes contiennent aisément ou même dominent nettement leurs adversaires. Le général Ebert a battu près de Baranovitchi, au sud de Niémez, les troupes du prince de Bavière, auxquelles il a fait en deux jours de lutte plus de deux mille prisonniers (67 officiers et 2025 hommes). Le Général Ivanow s'est emparé de la ville de Csartoriski sur le Styr, il a fait au cours de différents combats dans la régio, plus de 6000 prisonniers et a enlevé six canons aux soldats de la Prusse orientale qui lui étaient opposés. Il a remporté également un gros succès à Noss-Alexiniec à 31 kms au Nord-Ouest de Tarnopol. Cent trente-huit officiers et plus de sept mille cinq cent soldats autrichiens sont tombés entre ses mains.
4e Front Italien - D'après le communiqué autrichien du 22 Octobre, les Italiens après une préparation d'artillerie de plus de 50 heures ont passé à l'attaque le 21, sur tout le front de

précédent

Voir le journal en version originale.

séparation