Retranscription du Tuyau, numéro 1, page 7 (15 juillet 1915)

Voir la page originale du journal ici

séparation

Ca sert le muscle

De même qu'il est parait-il, défendu de parler de corde dans la maison d'un pendu, il peut paraître malséant de causer muscle dans la baraque du prisonnier. Et cependant, malgré l'absence notoire des matières substantielles indispensables à tout entraînement physique, il s'est trouvé des braves qui jetant bas vestes et chemises et sous le direction éclairée d'un des professeurs les plus éminents de la patrie du célèbre Caujolles, ont réussi à vaincre les effets déprimants d'une séquestration prolongée.

Et une phalange d'athlètes naquit dont les évolutions firent soudain retentir le camp de saines clameurs. Ce furent, au défunt cricket, où Anglais et Français rivalisèrent d'entrain et d'adresse, les hurrahs chaleureux et les bravos frénétiques et parfois ironiques d'un public dont l'enthousiasme fêta comme il comme il convient cette belle manifestation de l'Entente Cordiale. Quelques parties de balle au chasseur donnèrent lieu à des cris de biche effarouchée.

Puis fleurit le jeu de pelote, cher aux Basques et…aux….amoureux qui nous valut des luttes malheureusement plus souvent tumultueuses que captivantes. A la souplesse et à la finesse s'opposèrent pourtant quelques fois l'ardeur et la ruse et en ces rares occasions ou les antagonistes voulurent bien respecter le silence indispensable à tout sport discipliné on ne sait qui de l'agile champion d'Hendaye aux gestes félins ou du solide Biarrot aux détentes puissantes s'imposa le plus à notre admiration.

Enfin en culottes courtes et maillots collants, des sauteurs et coureurs à pied firent leur apparition et nonobstant l'état peu favorable du terrain accomplirent à l'entraînement des performances qui laissent présager (censure) en (censure) à des luttes chaudement disputées.

Actuellement, partout l'animation règne, partout les muscles s'agitent et vraiment par ces chaudes soirées d'été il s'émane de ces jeunes corps en mouvement un parfum tout spécial qui domine jusqu'aux grisantes senteurs de foin que nous envoie la campagne alentour.

G.G. J.

Nos amis les Russes, moins sportifs et plus timides aussi peut-être, ne se sont jusqu'à présent signalés que par des jeux d'allure enfantine tels que Colin-Maillard, chat et souris au cours desquels, se révélèrent cependant quelques poignes respectables.

Nous signalerons enfin à titre rétrospectif une séance mémorable de luttes tenue à la fin de l'année dernière, et qui permit à un de nos plus distingués chef de baraque de ….sacrer de Nouveaux champions.

séparation

La vie au Camp

….On dit que devant l'incontestable succès remporté par les secondes planches à bagages, on va mettre à l'étude un projet consistant à fabriquer une petite armoire à glace individuelle pour chaque prisonnier.

... On dit que le machiavélique Monjour est pour quelque chose dans le fameux bateau monté aux musiciens.

...On dit que désormais le gradé de planton aux latrines devra porter jugulaire au menton et distribuer lui même le papier aux clients.

...On dit que le groupe Musical va mettre à l'étude toute une série de fastueux tangos.

...On dit que les généreux mécènes qui donnent cinquante pfennings pour se faire remplacer au "Hammam" devront passer à l'anti-poux.

L'Habitué du fumoir

Déjà de curieux polémistes m'ont fait connaître tout le plaisir qu'ils prendraient à voir l'habitué du fumoir raconter tous les tuyaux tendancieux qui circulent sur le compte de chacun.

Au moment ou mon poulain va affronter les rigueurs de l'opinion publique je tiens à vous dire que, malgré son indiscrétion, il n'est pas méchant et que si parfois il se cabre il ne mord jamais personne. Tel son propriétaire "Le Tuyau" il s'attachera à satisfaire la logique curiosité de ses lecteurs en portant jusqu'à eux les innombrables tuyaux qu'il aura recueilli.

M.H.G.

séparation

Deux mots à Anastasie!

Que nos lecteurs ne s'étonnent pas et ne s'indignent pas trop, de voir certains de nos articles transformés en rebus par suite des coupures faites par la Censure. Nous sommes les premiers à le déplorer; notre gérant qui a accepté de prendre la responsabilité des articles du "Tuyau" s'est réservé le droit de supprimer tout ce qui pouvait lui paraître osé ou tendancieux. Nos rédacteurs avaient préalablement pris leurs dispositions pour qu'aucune phrase, aucun mot, ne puisse choquer les oreilles les plus délicates et blesser la susceptibilité des plus pointilleux. La sévérité de Mr Sciama a dépassé nos prévisions, il s'est montré inflexible et impitoyable! Nous nous reservons toutefois le droit de faire voir à Mr Sciama, s'il pousse notre patience à bout, que l'on peut se servir du ciseau aussi bien contre les hommes que contre les journaux et châtrer le corps aussi bien que les idées.

La Rédaction