Retranscription du Tuyau, numéro 13, page 7 (7 octobre 1915)

Voir la page originale du journal ici

séparation

Enfin

Enfin! nous avons trouvé un camarade soucieux de l'amusement de notre Camp, si calme qu'il a eu bien ? pour monter ce qui fait le meilleur amusement de tous
- "Un Théâtre!
Un vrai, ou des acteurs jouant aux belles, et il faut voir celles qu'ils ont. Ce camarade, notre régisseur général, j'espère qu'il ne sera jamais de division, est déjà connu ici et partout dans le camp du reste. Qui ne le connait, avec sa pose penchée de N.E. à S.O. souriant et rosissant sur sa barbiche en pointe! Le vrai sous-off, genre laissé pour compte du 2e empire... en mieux même! C'est l'illuste Jacquiot!! C'est tout dire! C'est à lui que nous devons notre concert de dimanche, le premier digne de ce nom au IVe Camp.
Il est vrai qu'il est bien entouré!!! de vrais artistes suant sang et eau pour le seconder. Nous eûmes donc les oreilles réjouies d'une orgie de fausses notes et de pains à côté, dignes de nos plus fameux concerts de province. Les camarades Freund, Rougier, Veure etc, nous hurlèrent leurs meilleurs chansons de leur voix la plus calme, ces chansons sentimentales susurrées d'une vous de stentor aphône, nous enfoncèrent dans la plus incommensurable béatitude (ne pas prononcer à l'anglaise). Puis vint une piPecette d Seribe? "Les suites d'une premier litre" qui parce qu'elle contient des rôles de femmes (?) fit la joie de la plupart de nos vieux saliveurs.
J'en ai vu glisse clandestinement derrière les paillasses et... Jacquot il faudra y tenir la main Mon vieux, voilà une belle occupation! Les Dames: Mr Hubert y fut délicieuse, enrouée et aguichante à souhait! Melle Grenouillet nom présetiné fut digne ce concourir pour le prix de beauté. Côté des hommes: Péron? illustre méridional très avantageusement coonu de tous les malheureux qui jusqu'ici ont traîné leur ? dans tous les camps du IVe ?.
Walla, un jeune vieillard d'une pé? pleinde de ? Pfiffelmann notre distingué chanteur tyrolien, qui pour la circonstance avait pris un engegament de 1h1/2 pour le grade de capitaine, Rougier, un larbin super stylé, conne on ne voudrait pas en trouver au coin d'un bois de lit. Tous méritent nos applaudissements du reste jugés d'avance.
Après un numéro d'a? par Feron? et quelques chansons comiques, pleurées pour quelques autres camarades notre joie fut à son comble et c'est à peine si l'orchestre entrouvit une marche pour manchots des deux jambes, put enfin nous faire déguerpir. A part cela, nous espérons que Dimanche prochain nous aurons de nouveau le plaisir de nous ennuyer ensemble. Floridor

séparation

Le Dimanche au 3e Camp

"Ils sont arrivés vous savez et si vous voulez de bonnes places, pressez-vous la salle est comble" Quand j'arrive plus la moindre petite place assise. Je ne suis pas gros et en présentant ma cart du "Tuyau" on me trouve un excellent fauteuil. Que dirais-je de la pièce que nos bons amis ont enlevé avec tant de brio, pas grand chose, mon confrère G.G.J. nous l'a déjà analysée tout au long. Elle est fine, sprirituelle et aussi un peu sentimentale, elle a été jouée à la perfection et a remporté un très gros succès. Mr Larché est un comédien accompli et aussi un habile metteur en scène. La petite troupe qu'il dirige avec tant de maîtrise a du faire de gros efforts pour arriver à rendre aussi parfaitement une pièce en 3 actes en somme assez difficile. Je ne remercierai pas ces Messieurs de l'amabilité qu'ils nous ont faite, pas plus qu'à l'avenir, les musiciens, ils savent trs très bien la joie qu'ils nous procurent losqu'ils viennent nous divertir et combien chacun leur en est reconnaissant, donc inutile chaque semaine de répéter la même chose.
Après le départ des artistes du 4e Camp, nous avons eu une petite surprise, le G.A.R. dont j'ai annoncé la naissance, avait mis sur pieds un petit concert qui, quoique donné rapidement, a obtenu beaucoup de succès. M.M. Verdier, Delépine et Contel ont détaillé agréablement leurs romances ou chansonnettes. M.Mrs Schmidt et Mention se sont montrés d'excellents troupiers et enfin l'inénarrable Carré a été un parfait comique. La matinée s'est terminée par un assaut de boxe en 4 rounds de 2 minutes. M. Mrs Tenard? et Pascal se sont copieusement ? et par suite de l'évènement, l'assut commencé comme exhibition a tourné en véritable pugilat, il y a même eu du sang, c'est assez dire. Parfaitement arbitré par Mr Verdier, l'assaut eut été très réussi si les boxeurs n'avaient été un peu à court d'entraînement, je souhaiterais aussi voir à l'avenir deux soigneurs par hommes ce qui évitera à l'arbitre de s'improviser soigneur. Ce sont là de petites fautres que nous ne renouvelletons plus. Encore une fois félicitions les membres du groupe pour leur heureuse coalition car d'après ce que j'ai entendu, je peux affirmer que tout le monde est très satisfait. C. Poupelle