Retranscription du Tuyau, numéro 13, page 6 (7 octobre 1915)

Voir la page originale du journal ici

séparation

trop sérieuses.
L'hopital dispose à l'instar de toutes les compagnies d'un lavoir et en outre de trois salles de bain.
Grâce à la générosité de certaines sociétés de secours françaises divers jeux de cartes, dominos, dames etc sont à la disposition des malades. Citons particulièrement les jeux de "croquet" qui sont très courus par les convalescents. Mr leMédecin-chef a en outre obtenu que le Groupe Musical du 1er Camp vienne distraire les malades une fois par semaine, ce qui leur procure une douce diversion. Ajoutez pour terminer, que l'hopital avec ses plates-bandes de verdure et de fleurs et son voisinage immédiat, exempt des sombres baraques qui ferment notre horizon depuis un an peut remplacer avec un peu d'imagination une cure dans un Mont-Doré quelconque. Cependant nous souhaitons à nos camarades de ne pas y faire d'expérience personnelle et s'en tenir à ces renseignements.
H.Jacob

séparation

Notes Biographiques
Camille Larché,
Directeur du Groupe artistique du Camp

Né à Paris en 1891. Sa famille le destinait au commerce, mais sa vocation était les planches. Il quitte tout jeune les affaires pour débuter dans différents cafés-concerts. S'étant fait remarquer par le brio de son jeu, il se fait engager dans diverses tournées, puis joue à l'Ambigu-Comique et aux Folies-Dramatiques, où il tenant à ce théâtre, jusqu'à son départ au régiment, l'emploi de jeune premier comique. Ses succès lui valurent maintes fois l'occasion de tourner au ciné.
Incorporé au 36e d'inf. à Caen, il trouva le moyen entre les heures de théorie, d'organiser des représentations et jouer chez le Colon. Il arriva même à attraper les sardines rouges, puis celles de sergent.
Août 1914- La guerre éclate. Il part avec son régiment et combat aux côtés de ses camarades. Un héros du Château de Brimont, qui depuis le 24 sept.1914 sèche sur la paille parfois humide des... baraques.
En qualité de sous off. se fait nommer chef de groupe dans sa baraque puis sous-chef ou barackenchefsteillerstrater...
Un bruit de départ ayant circulé, une crise de rhumastismes intercostal, doublée de poussingite aigüe le retint fort à propos au Camp...
Il peut enfin constituer un groupe théâtral dont il est le directeur, régisseur, administrateur, secrétaire général, metteur en scène et lecteur tout à la fois. Larché, est avant tout un comédien de premier ordre dort applaudi. Il a créé, ici les principaux rôles dans "Consigne", "Asile de nuit", "Le Cultivateur de Chicago", "La Chance du Mari", "Le Commissaire est bon enfant", "Depuis six mois" et enfin dans "Match de boxe". Il a même failli créer un rôle important dans "l'Epervier"... Directeur très énergique, excellent camarade. Sa physionomie sympathique, ses sourcils arqués, ses grands yeux vifs et son nez à la "retroussette" lui donne un air de Brasseur en plus jeune...
Il a loué pour son séjour à Quedlinburg un délicieux cagibit dans la Baracke 20A dont les balcons fleuris prennent vus sur le Bould Central du Camp. Il partage sa demeure directoriale avec plusieurs de ses camarades et réserve aux "interviewers" le plus charmant accueil. Le viel abonné

séparation

le prix des vivres pendant le siège de Paris

Dans un livre intutulé "Diners" Mr R.S. publie un "Tableau authentique du prix des vivres quatre semaines avant la reddition de Paris en 1870. Nous publions à titre de document une page de ce curieux ouvrage:
1 livre Jambon 10fr, 1 lièvre 85fr
Jambon entier 120 fr, 1 lapin 25fr
1 liv saucisson cheval 1fr50, 1 canard 38 à 40 fr
1 livre beurre 40fr, 1 livre chien 3fr58
1 petit fromage 2fr, 1 rat 1fr50
10 oeufs 1fr, 1 rat engraissé 2fr
1 faisan 125fr, 1 livre de lard 8fr
1 poule 25fr, 1 carotte 0,80fr
1 oie 85fr, 1 betterave 4fr
1 pigeon 8 à 10fr, 1 racine 2fr
Il fut tué et vendu des animaux du jardin zoologique au prix suivant
1 livre viande éléphant 40fr
1 livre trompe éléphant achetée par Rotschild 80fr
Un ours 500fr
Un chameau 5 000fr
Un perroquet 5fr
C'est le rat maigre qui détient le record du bon marché, mais que pouvaient bien manger ceux qui n'avaient pas les moyens de s'offrir un tel luxe?