Retranscription du Tuyau, numéro 2, page 1 (22 juillet 1915)

Voir la page originale du journal ici

Quedlinburg 22 juillet 1915. N°2

LE TUYAU

Organe indépendant des Prisonniers du Ier Camp.

Rédacteur en Chef: J.Monjour

Rédaction Administration Baraque 6.A

séparation

Les premiers pas

Sans publicité, sans annonces, sans promettre à ses lecteurs d'alléchantes primes le "Tuyau" est arrivé en huit jours à battre un record et à créer un précédent assez rare dans les Annales de la Presse! Il n'a pu donner satisfaction à la moitié des demandes qui lui ont été faites, sa première édition a été épuisée en moins d'une demi heure, la seconde n'a guère duré plus longtemps, nous aurions pu, sans risque de rester avec des brouillons, en tirer une troisième et une quatrième, mains nous étions loin de prévoir un tel résultat et le matériel nécessaire nous a fait défaut!

Je ne peux décemment me plaindre de ce que la mariée ait été trop belle et après avoir désiré le succès, j'aurai mauvaise grâce à regretter de l'avoir rencontré si rapide et si complet. Pourtant, entre nous, je peux vous avouer que cette rapide fortune de notre journal n'est pas sans me causer une légère inquiétude. Vous savez comme moi, qu'il n'est pas toujours très bon de grandir trop vite!

Notre idée en mettant le "Tuyau" sur pied, avait été de créer une petite famille sans prétention à tirage restreint et ne devant pas autant que possible, franchir les limites de notre camp. Non pas que nous eussions l'intention de faire du "Tuyau" un journal clandestin, mais seulement parce que nous comptions, y causer surtout de notre musique et de notre gymnastique, y relater les anecdotes intéressant la vie de notre camp et ma foi toutes ces choses ne pouvaient être d'un grand intérêt pour nos voisins. Néanmoins, sans que nous l'ayons voulu, sans doute par l'intermédiaire de nos camarades qui vont aux corvées le Tuyau gagna rapidement les autres camps. Les nombreuses lettres d'encouragement où de critique que j'ai reçues, prouvent en effet que notre journal est maintenant connu de toute la colonie française de Quedlinburg!

Pour les camarades des autres camps qui m'ont écrit afin de me demander des éclaircissements ou me proposer leur collaboration, je crois utile de faire les déclarations suivantes: "Le Tuyau" ne porte pas l'estampille officielle, sa publication est autorisée, autant que peuvent être autorisées les choses qui n'ont pas encore été défendues! Toutefois, je dois dire que le "tuyau" est rédigé et imprimé en plein jour, qu'une certaine publicité a été donnée à son premier numéro et, qu'un exemplaire en a été remis aux autorités allemandes de la première compagnie. La publication du "Tuyau" n'ayant pas été interdite, nous pouvons maintenant espérer qu'elle est et restera "tolérée".

Pour que le "Tuyau" vive, nous autres ses rédacteurs, feront tout ce qui dépendra de nous, nous apporterons dans nos articles toute la réserve et toute la correction possible. On connaît assez le tact et la mesure de notre collaborateur militaire, les deux articles que nos lecteurs ont pu lire prouvent, qu'il s'est fait une loi de l'impartialité. Au reste, pour éviter de froisser des susceptibilités peut être excessives, mais à tout prendre légitimes, il se bornera à donner chaque semaine les communiqués français et allemands et ne se permettra des commentaires que sur les faits assez lointains pour qu'une doctrine officielle et objective ait pu s'établir à leur sujet.

En terminant; je dois dire que le "Tuyau" n'est pas une affaire commerciale et que les bénéfices fournis par sa vente au numéro et ses annonces, iront tout entiers à la Caisse de Musique et aux moins favorisés de nos camarades. Raison de plus pour désirer voir le "Tuyau" croître et grandir de jour en jour.

Tuyau J.Monjour