Retranscription du Tuyau, numéro 3, page 1 (29 juillet 1915)

Voir la page originale du journal ici

Quedlinburg 29 juillet 1915. N°3

LE TUYAU

Organe indépendant des Prisonniers du 1er Camp.

Rédacteur en Chef: J.Monjour

Rédaction Administration Baraque 6.A

séparation

Le recrutement des officiers en Allemagne

Je n'ai pas la prétention de vous donner ici une étude complète sur l'organisation de l'Armée Allemande. Je ne tenterai pas non plus de faire le parallèle entre cette armée et la nôtre. C'est là un sujet d'article qui ne serait pas à sa place dans les colonnes du Tuyau. Dans le rapide exposé qui suit, j'ai voulu seulement indiquer dans les grandes lignes, de quelle façon se recrutent et se forment les chefs de cette armée. Ceux qui trouveraient mon article d'une documentation insuffisante pourront plus tard se reporter à l'ouvrage de Mr Jules Huret, "En Allemagne, Berlin", qui a été la source de mon érudition.
Il y a en Allemagne deux moyens de devenir officier d'active
1°En entrant directement dans l'armée, 2°en passant par l'école des cadets.
Peuvent entrer dans l'armée directement, tous ceux qui, remplissent les conditions physiques nécessaires, sont pourvus du diplôme de fin d'études des lycées. Ce diplôme est à peu près l'équivalent de notre baccalauréat. Les élèves malheureux à cette dernière épreuve, ou ceux qui n'ont pas fréquenté le lycée, ont la ressource de pouvoir se présenter directement à l'examen d'enseigne, à la condition de justifier qu'ils ont pendant sept mois suivi les cours d'une école où l'étude du latin était obligatoire.
Après avoir fourni ainsi la preuve de ses capacités intellectuelles, l'élève officier doit aussi prouver que sa famille a des ressources suffisantes pour lui servir les mensualités exigées. Le tarif de ces mensualités varie selon l'arme choisie, il est de 56,25 pour les troupes à pied; de 93,75 pour l'artillerie de campagne, de 187,50 pour la cavalerie. Ces chiffres minimums sont considérablement augmentés dans certains régiments de choix.
Soit qu'il ait son diplôme de fin d'études en poche, soit qu'il est satisfait à l'examen d'enseigne, l'élève officier doir d'abord se faire agréer en qualité d'aspirant par le colonel du régiment qu'il a choisi. Il fait alors dans ce régiment un premier stage de cinq mois simple soldat pendant la durée du premier mois, il couche en chanbrée avec les hommes, il ne reçoit ses premiers galons, ceux de Korporal qu'au bout du troisième mois, mais il n'a pas d'affectation et reste en surnombre. Le mois suivant, le caporal est generalement nommé sous-officier et s'il a les notes suffisantes, il devient enseigne (porte-épée fachnrich). A partir de ce moment l'instruction technique du jeune officier commence vraiment, il va faire un nouveau stage de huit mois dans une école de guerre, il apprend la topographie, la tactique, la science des fortifications, le code pénal militaire, l'administration de l'armée. La durée des études à l'école de guerre est de huit mois. A la sortie de cette école, l'aspirant subit l'examen d'officier; s'il est reçu il lui est remis un certificat d'aptitudes avec lequel il retourne quelques moi dans son régiment en qualité d'enseigne. A partir de ce moment l'enseigne a le droit de porter l'épée et la dragonne et le colonnel le présente aux autres officiers du régiment. Le brevet d'officer lui est déserné, par l'empereur sur la proposition du colonel du régiment, après le vote favorable de tous les officiers qui acceptent d'admettre le postulant parmi eux.
L'école des Cadets qui est la seconde pépinière des officiers de l'Allemagne ne peut être comparée d'aucune de nos grandes écoles militaires. Son accès est exclusivement réservé aux fils d'officiers et de hauts fonctionnaires. Les élèves sortant de