Retranscription du Tuyau, numéro 3, page 7 (29 juillet 1915)

Voir la page originale du journal ici

séparation

marque le point de départ d'une série de programmes qui, je l'espère, donneront satisfaction à notre nombreux et fidèle auditoire.
Notre président l'adjudant-chef Treut nous a remis sa démission le 23/7. Il est parti pour des raisons d'ordre privé et emporte notre sympathie et nos regrets. Le nouveau bureau est présidé par Mr Jannel, ce dernier assisté par Mr Gilbert vice-président et par Messieurs Angst, Calvet et Sciama commissaires, Messieurs Liénard et Jacob demeurant respectivement secrétaire trésorier et interprète conseil.
Mardi matin, à 11 heures, nous avons donné notre premier concert à l'hopital des prisonniers. Une installation de fortune nous a permis l'exécution du programme. Je crois que notre visite inattendue a causé un vif plaisir à nos camarades malades. Nous avons rencontré notre ami Monsieur André grand amateur de musique, il a remis une royale obole à notre trésorier qui nous accompagnait.
E.L.Ch

séparation

La semaine musicale

Le rédacteur en chef du Tuyau m'a communiqué la lettre suivante
Groupe Musical du 1er Camp
27 Juillet 1915
Monsieur le Rédacteur en chef du Tuyau
Monsieur
La critique musicale parue dans le Tuyau du 22 courant et signée de Mr Durand n'a pas été comme vous le pensez sans soulever l'indignation des exécutants de l'orcherstre du 1er Camp.
Dans une des ces réunions le Groupe avait étudié la question et voulait y répondre par un article rectificatif à la Tribune libre de votre organe, mais depuis, les musiciens après avoir relu cette critique en ont décidé autrement. Son manque complet d'intérêt, son peu de fondement et son esprit aussi ridicule que commun, les ont découragé (sic). Ils ont préféré conserver un dédaigneux silence plein de mépris pour la plume de Mr Durand. Ils souhaitent vivement que de pareilles bêtises ne se renouvellent plus dans les colonnes du Tuyau auquel ils portent tous un profond attachement. Ils seraient heureux de ne plus lire la critique musicale écrite de la main d'un malheureux enfant qui se creuse en vain la cervelle pour pondre la mauvaise narration d'un élève de 6e.
Agréez Monsieur le rédacteur en chef l'assurance de toutes les sympathies du Groupe Musical.
Groupe Musical du 1er Camp Quedlinburg
Comme critique musical, il sort peut-être de mes contributions de donner à ces Messieurs la leçon d'éducation qu'ils mériteraient. Du reste ils se rendaient certainement compte en m'écrivant qu'il m'est impossible dans ma situation actuelle de leur procurer comme il le faudrait que je trouve leur "dédaigneux silence" bien bruyant. Pour eux ils auront plus facilement satisfaction; ils seraient heureux disent-ils de ne plus me lire, cela ne tient qu'à eux, quoique bien entendu, même si cela leur déplait le Tuyau continue à publier mes articles tous les jeudis. Ce n'est sans doute que la mauvaise narration d'un élève de 6e mais celle de mes détracteurs est de même force, car un élève de 6e connait généralement l'accord des participes et n'écrit pas: "les ont découragé". Au reste je n'ai ici ni le temps ni la place nécessaire pour discuter plus avec eux. Ce serait d'ailleurs bien inutile. Je continuerai comme par le passé à dire ce que je pense des concerts du 1er Camp avec toute l'impartialité dont je serais capable et en tachant toujours quand j'aurai à les critiquer de conserver plus de mesure dans mes termes que MM les musiciens ne savent mettre dans les leurs.
Du concert du 25, j'aime mieux ne pas parler trop en détail, on m'en voudrait encore. De nouveau cette fois-ci, timidité sans doute des exécutants, j'ai trouvé le concert très inférieur aux répétitions auxquelles j'avais pu assister. Le programme est déjà à mon avis très supérieur au précédent. J'aime bien la Marche de Jeanne d'Arc, surtout le trio, pas banal et d'un rythme assez entrainant. Il est regrettable qu'elle contienne des sonneries pour trompettes et bien difficiles à rendre au piston. Il faut monter jusqu'au contre la aussi ne furent-elles pas rendues impeccablement. Dans l'ensemble l'excution manquait d'ardeur.
La Valse Dolée Speranza est dépourvue de toute originalité. Fifres et Tambours est une petite pièce assez gaie que l'orchestre a joué d'une manière alerte ainsi que la Bohême Joyeuse qui a été allègrement enlevée.
Je suis très heureux que Mr Chatenet ait mis à son programme la 2e élégie de Filippuet Doloroso. Je l'ai trouvé fort émouvante. Mr Chatenet s'est malheureusement dépensé sans en obtenir une excellente exécution. La responsabilité en est pour beaucoup au clarinettiste qui ne fut pas à la hauteur de sa tache (il est vrai qu'il avait mal aux lèvres le jour du concert, c'est évidemment une excuse). Mais ce qu'il faut surtout retenir c'est l'effort pour nous donner une oeuvre intéressante, cela justifie les prévisions que je formulais dans mon 1er article lorsque je disais ma certitude d'entendre bientôt de la bonne musique au 1er Camp.
D. Durand

séparation

Nécrologie

Nous avons le regret d'apprendre la mort de nos camarades :
Rateau Georges, Auguste, 36e RInf 5eCie né le 4 avril 1880 à Chatou (S et O), décédé au Lazarett le 20 Juillet 1915
Blaignan Jean Baptiste 283 RInf 17eCie né le 8 juin 1880 à Mauléon Htes Pyrénées, décédé au Lazarett le 26 Juillet 1915