Retranscription du Tuyau, numéro 11, page 2 (23 septembre 1915)

Voir la page originale du journal ici

séparation

Mackensen est à Pinsk et cherche à traverver la Jassiolda. L'avenir montrera s'il entend pousser jusqu'à Lenine.
Quand les Russes de la pure défensive passent aux contre-attaques, celles-ci ne laissent rien à désirer tant par leur violence que par l'importance des forces employées. Sur la ligne de Riga à Pinsk le résultat décisif n'est pas encore atteint par aucun des deux adversaires.
Le groupe d'armée Ivanoff a poursuivi sa contre-offensive dans le Sud-est de la Galicie avec des forces nouvellement accrues, et a gagné du terrain sur un large front entre Tarnopol et le confluent de la Sercth. Là, les forces Austro-allemandes n'ont pas seulement du passer à la défensive mais bien encore être ramenées sur les hauteurs au bord de la Stuppa. Il n'est pas dit que l'avance Russe s'arrêtera là, car les Russes disposent visiblement sur cette partie du front de très fortes réserves et poursuivent un but défini. La ligne de combat a été ramenée en arrière de l'Est à l'ouest d'envrion 20 km; les points extrêmes de cette contre-offensives Russe sont Koglow (17 km à l'ouest de Tarnopol et Tluste (24 km au nord de Zalesczyki) distant l'un de l'autre d'à peu près 80 km. Sans tenir compte de cette offensive les Autrichiens s'avancent dans le secteur Kowes-Dubro et au nord de Tarnopol pour couper les communications Russes vers le Nord et vers l'Est et tourner la ligne de la Sertch.
L'offensive d'Ivannoff e-t-elle été prise en souvenir des manoeuvres heureuses de septembre 1915 qui visaient Lunberg, ou bien les Russes poursuivent-ils un but politique qui deviendrait militaire après la décision imminente de la Roumanie? Attendons.
Les Balkans. Dans la péinisule des Balkans les choses ont été poussées si loin que la situation doit s'éclaircir à très bref délai d'une manière ou de l'autre. Est-ce la guerre qui résoudra le conflit, et qui mettra-t-elle en présence? On ne saurait encore le dire, mais il est bon de s'attendre d'ici peu à des opérations militaires bien qu'il soit trop tôt pour en discuter.
Aux Dardanelles, indubitablement, les assaillants préparent de nouvelles opérations. Si le débarquement dans la baie de Srola n'a pas abouti à couper les troupes qui défendent la presqu'île, néanmoins les Turcs ont du engager des forces encore plus nombreuses. Reste à savoir combien de troupes fraiches restent à la disposition des deux partis, en quel endroit de la côte les assaillants auront la liberté de tenter leur troisième offensive, et enfin si les défenseurs seront de nouveau à même de parer à l'attaque. Or -qu'on y fasse attention- l'enjeu n'est pas d'importance secondaire mais bien capitale; l'opération des Dardanelles loin d'être d'intérêt médiocre, se trouve au contraire décisive, de par les circonstances, jusqu'ici elle a coputé de très lourdes pertes aux Puissances de l'Entente sans être pour elles un succès pourtant la tâche des Anglais sur le Nil a été allégée du fait que les Turcs se sont vus forcer de concentrer le gros de leurs forces aux Dardanelles.
Front Ouest - Des reconnaissances aériennes conduites avec activité et persévérance indiquent un remarquable travail de préparation de la part des deux parties. Mais les préliminaires d'une offensive de grand style ne sont visiblement pas encore suffisants pour qu'elle puisse de développer. Dans le secteur anglais les troupes de renfort se rassemblent sans trêve au point que tout commerce est arrêté dans les ports de la région du Nord de la France. Quand aux Allemands ils continuent à fortifier leurs lignes.
Extrait d'un article paru dans le Journal Suisse le "Berner Bund".

séparation

Notes musicales

Un concert au pied levé à été donné je Jeudi 9 7bre avant le départ de Mrs Letoquart et Gilbert pour leur villégiature d'automne. Un superbe programme englobait tous les succès remportés par l'orchestre du Camp I. Il fut exécuté avec plus d'entrain que de perfection. "Idylle aux Champs" était tout à fait de circonstance. "Werther" et la "Suite Albanaise" très applaudis. La marche du couronnement du "Prophète", de Meyerbeer nous ramena aux débuts du développement de l'art musical à Quedlinburg, au camp de concentration, veux-je dire, car je doute qu'on ait attendu la guerre de 1914 et les prisonniers français pour cultiver cet art dans la vieille ville du "divin Klopstock".
Lundi 13 - Nous avons eu hier le même programme que la semaine dernière. Cela est peu dans habitudes. L'ensemble des concerts a été bien meilleure et l'exécution plus égale que le dimanche précédent. Mais Mr Chatenet est trop facilement distrait. Nous voulons bien le lui pardonner dans nos rapports avec lui, par contre nous exigeons de lui une attention soutenue pendant les concerts. J'oubliais que le Rondo Espagnol avait été ajouté.
Intérim