Retranscription du Tuyau, numéro 11, page 5 (23 septembre 1915)

Voir la page originale du journal ici

séparation

l'on été, un sous-secrétariat de l'Aéronautique Militaire vient d'être créé en France au Ministère de la Guerre. Il a été confié à M.René Besnard, député de Tours et rapporteur du budget de la guerre. Si mes souvenirs sont exacts, M. Besnard est un homme de 35 à 36 ans.
3°Front méridional. Rien à signaler en Italie ni aux Dardanelles.
II.La Diplomatie
1° Amérique et Autriche
D'après une nouvelle de l'agence Reuter, le docteur ? aurait sollicité un congé de son gouvernement, afin de pouvoir venir lui-même à Vienne expliquer à son ministre les raisons qui ont amené le gouvernement des Etats-Unis à demander son rappel.
2° Les Balkans. Ténèbres sur les Balkans. On nous a annoncé une fois de plus que le traité bulgaro-turc était virtuellement conclu et n'attendait plus que la signature des parties contractantes. Le "Frankfurter Zeitung" du 15 7bre en indique même les principales clauses. La Turquie consentirait à une rectification de frontière au bénéfice de sa voisine. La nouvelle frontière passerait entre Andrinople et son faubourg Karagaïsch, cédé à la Bulgarie. Elle suivrait la rive gauche de la Maritza. Les Turcs abandonneraient également aux Bulgares le golfe d'Enos. Le grand avantage que ceux-ci retireraient du traité serait d'être les maîtres de la voie ferrée de Sofia à Déiagatok sur la mer Egée, qui passait autrefois en territoire turc. A la date où j'écris (19 7bre) le traité n'a pas encore été signé.
III Politique intérieure des Etats
1° Angleterre. La Chambre des communes s'est réunie le 11 7bre pour une session de quelques semaines. Une courte discussion s'est engagée sur le service militaire obligatoire. Asquith y a mis fin en disant que le gouvernement apporterait bientôt à la Chambre les résultats de l'enquête qu'il avait entreprise sur la question et que celle-ci serait appelée à prendre une décision. Le 15 7bre Lord Kitchener a prononcé devant la Chambre des Lords un grand discours dans lequel il a fait l'exposé de la situation militaire.

séparation

sèche et rapide. Grâce à la lui la Grèce amoureuse n'a plus de secrets pour nous. Sous sa plume érudite, les Thaïs et les Aspasies sont ressuscités palpitantes de vie et de passion! Les Courtisanes antiques, déesses immortelles de l'Amour et de la volupté sont insatiables, elle continuent à nous tendre à travers les siècles leurs bras ensorceleurs, elle réclament des amants posthumes!
Aubemont avait légèrement reculé sa chaise pour faire place à la nouvelle venue, il était de plus plus mal à son aise, ses yeux inquiets étaient pleins d'interrogations que sa bouche n'osait formuler! L'énigmatique inconnue avait rejeté en arrière l'épais voile noir qui lui masquait le visage. Elle semblait, elle aussi en proie à une émotion des plus intenses. Ses traits étaient profondément altérés. Souffrance morale, souffrance physique, on n'aurait pu le dire, les deux peut-être! Son visage était atrocement pâle, ses yeux brillants de fièvre, profondément encastrés dans le creux des orbites et violemment soulignés d'un trait de bistre, donnaient à sa physionomie une expression tragique. Aucune artiste, si habile qu'elle eût pu être dans l'art du maquillage, n'aurait pu se façonner un masque donnant une idée aussi réelle et aussi saisissante de l'aspect que peut prendre la douleur humaine à son paroxissme!
Elle faisait songer aux sirènes et spectrales Mater Dolores de nos primitifs. Malgré son effroi et sa terreur qu'il n'arrivait pas à dissimuler, ce fut Aubemont qui le premier rompit le silence. "Est-ce vous, Madame, qui nous avez donné cet étrange rendez-vous? Voulez-vous faire de nous les acteurs?..."
Un léger signe de tête affirmatif de l'inccinue arrêta sur les lèvres d'Aubemont le flot de questions qui s'y pressaient sans qu'il ne sût, ni comment, ni dans quel ordre il devait les formuler. "Je devine Messieurs, combien doivent vous sembler mystérieuses et angoissantes les minutes que vous vivez. Je voudrais pouvoir rétablir le calme dans vos esprits, vous épargner les tortures que j'ai endurées moi-même. Cela n'est malheureusement pas possible! Si grandes que puissent être les souffrances que vous apportent mes révélations, je dois ? et il est indispensable que vous m'écoutiez, il y va de votre honneur... de votre vie peut-être!
Un homme qui fût mon bourreau, qui a détruit mon bonheur, brisé ma vie, un homme à qui j'ai juré la plus féroce des haines, contre lequel je lutterai jusqu'à mon dernier souffle est à la veille de vous précipiter tous les deux dans la plus effroyable et la plus sanglante des tragédies! Je suis la dépositaire d'un secret que je ne veux pas emporter dans la tombe, je vais vous le confier d'autant plus volontiers qu'il vous intéresse et que sous peu, les innocents auront besoin de vos témoignages pour sauver leur tête!
Peut être vous-mêmes, aurez-vous à défendre la vôtre. Ce que j'ai à vous dire intéressera votre avocat! Messieurs, écoutez-moi, je vais vous incouler de la haine!!