précédent

Voir le journal en version originale.

séparation

Retranscription du Tuyau, numéro 15, page 6 (21 octobre 1915)

séparation

A travers les camps
Retour des Champs

On rentre, on prend ses quartiers d'hiver.
Les hirondelles d'un vol léger nous ont depuis longtemps quittés, les oies sauvages les suivent à distance respectueuse, fuyant vers des contrées meilleures... et les dix joyeux, petits et grands, qui étaient partis le mois dernier à la recherche de distractions champêtres ont rejoint aujourd'hui le bercail. Un mois d'exercice au grand air ne les a point abimés: au contraire; ils rentrent frais et roses, souriants et replets, l'oeil vif e la tête bourrée de souvenirs. D'aucuns, il m'a semble, effectent même la mine réjouie et satisfaite du jeune premier à qui l'ingénue a cessé d'être cruelle et semblent garder sur les lèvres comme un arrière goût de baisers...
A bientôt des détails.

séparation

Echo du Camp V
Enfin & déjà

Enfin! ont crié les amis du plaisir, applaudissant à la réouverture de notre vieux "Concert-Théâtre" des quatz Harz, autrefois surnommé la "Cigale". Rien ne manquait comme organisation, directeur, régisseur, administrateur, metteur en scène...voire même jusqu'à l'humble souffleur. Notre matinée fut, non pas inoubliable, mais fort divertissante et très goûtée du public intelligent...
Il ne nous manquait qu'un critique. Heureusement la Providence veille à tout. Un jeune mais illustre collaborateur du "Tuyau" nous avait fait incognito l'honneur de sa présence. Nous ne mettons pas en doute sa valeur littéraire ni ses connaissances théâtrales. Nous lui ferons remarquer que "La critique est aisée" mais que l'art est difficile.
Laissons de côté, la partie lyrique qui n'eut rien d'attrayant, faute d'oeuvres modernes, et passons à la seconde partie "Les suites d'un premier lit" de la Labiche (et non de Scribe. Je tien à être l'interprète du public auprès de nos artistes amateurs: je leur adresse à cette occasion toutes les louanges et les félicitations qu'ils méritent. Nos camarades font tous leurs efforts pour être à la hauteur de leurs rôles. Là se bornait leur ambition et nous nous sommes aperçus que cela leur donnait chaud. Rappelons pour finir que si pour être bon comédien il faut beaucoup de talent, il faut beaucoup d'esprit pour être critique.
Les Anti-manchots du 5e Camp

séparation

Communiqué du Comité de Secours

Camarades!
Etre nécessiteux n'est pas un vice! Si vous avez besoin ne craignez pas de le faire savoir à la société de secours. Notre société travaille en silence, sous le contrôle bienveillant des Autorités Allemandes. Mais si silencieuse qu'elle soit, elle n'en travaille pas moins pour le bonheur de tous. A l'heure actuelle et dans la mesure de ses moyens présents elle a adouçi le sort de quelques malades par des friandises, du pain, des vêtements: chemises, caleçons, tricots, médicaments et appareils extraordinaires; encore quelques jours et elle pourra rendre le même service à des camarades du camp. La générosité des uns se porte garante de la santé des autres. Demandez et sous peu vous recevrez. "Tous pour un" "Un pour tous" suivant la devise mutualiste et nous serons dignes de rentrer en France, ayant accompli chacun notre devoir, les uns par un geste généreusement fraternel, les autres par la lutte contre l'adversité.
H.Relant
délégué de l'Hôpital


précédent

Voir le journal en version originale.

séparation