Retranscription du Tuyau, numéro 2, page 7 (22 juillet 1915)

Voir la page originale du journal ici

séparation

Echos

Le Juillet à Paris. Les cendres de Rouget de l'Isle, auteur de la Marseillaise, ont été solennellement transférées de Choisy-le-Roi où il était inhumé, aux Invalides. Monsieur Poincaré a prononcé un discours.

Le Juillet à Quedlinburg. Bien que la température fut peu favorable et qu'en raison des circonstances, il ne dut y avoir aucune fête, la revue a été passée comme à l'ordinaire. L'inspecteur du casernement, les adjudants allemands de la compagnie et le soldat de 1ère classe Bornet du 129è Regt d'infanterie entourés d'un nombreux et brillant état-major ont inspecté les couvertures.
La revue a obtenu un brillant succès, certaines baraques présentaient même un effort renforcé.
Des télégrammes de félicitations ont été échangés.

Mr Robert Barrière l'aviateur bien connu vient d'offrir au Tuyau un aéroplane qui sort de ses ateliers.
Notre directeur compte faire hommage de cet appareil au 224è d'inf.
Un modèle réduit de l'aéroplane du Tuyau est exposé à la salle des Dépêches.

Déplacements et Villégiatures. - Notre excellent ami, Mr Henri Stempowski part en qualité d'interprète à Aschersleben.

Un peu de statistiques. - Pendant le mois je juin il a été distribué au 1er Bataillon seulement 64.643 lettres ou cartes, 3.545 mandats représentant une somme globale de 22.113Mks52.

Un de nos camarades a reçu le 19 juillet une réponse à sa carte du 19 juin, un mois aller et retour. Pour qui connaît les nombreuses manipulations que subit notre correspondance en Allemagne, en Suisse et en France, cela prouve que les services de la censure à Quedlinburg sont devenus remarquablement rapides.

séparation

La Vie officielle
Notes de la semaine

Le Tuyau avait promis à ses lecteurs qu'il les tiendrait au courant de la décision des autorités concernant la demande pour le 14 juillet. La réponse a été un refus. Le motif donné est que les Allemands eux-mêmes ont célébré la fête de l'empereur de façon exclusivement religieuse. Donc nous nous sommes abstenus.

(ligne illisible) ces jours derniers. Son nom: Excellence Von Geldern - Crispendorf. A ce sujet il est peut-être intéressant de dire que les généraux allemands reçoivent le titre d'Excellence en même temps que le grade de divisionnaire.

Encore un tuyau concernant nos gradé, mais pas un agréable "Tuyau". Depuis le 19 ils participent aux corvées comme membres exécutants et ils n'en sont pas plus fiers pour cela.

Nous avons organisé pour le Dimanche 18 un buffet concert dont les bénéfices étaient destinés à notre musique que nous désirons toujours "Amieux". La réunion a été interrompue au début par des ordres qui ne venaient pas de la compagnie. On craignait que la fête du 14 juillet fut reportée à ce jour (un lapsus du Tuyau l'avait aussi fait croire du reste). De la sorte, cette réunion, qui avait également un but de bienfaisance, aura lieu un de ces prochains Dimanches. Pourtant le résultat du début promettait, puisqu'il nous a permis d'enrichir la caisse de la Musique de 30Mks et de répartir entre les moins favorisés 15Mks.

séparation

La Semaine Musicale

C'est le lundi 19 qu'a eu lieu le concert populaire. Il a obtenu un succès énorme, le succès est du en grande partie à l'organisation matérielle. Quoique celle-ci ne soit pas de mon ressort je tiens à dire que je l'ai trouvée digne de tous les éloges. La partie musicale m'a personnellement moins plu.

Le morceau de résistance était le Chant (censure) M Romefort a chanté d'une voix bien timbrée mais hésitante les strophes enflées. Il parait qu'il a chanté les 7 couplets: je croyais avoir entendu 7 fois la même. Heureusement que de lui-même le public eu l'idée de reprendre chaque fois le refrain en choeur et que son ardeur nous a sauvés d'une exécution trop plate.

Mr Pazaglini nous a fait la surprise de venir nous dire avec se verve bien connue les couplets qu'il a composé sur des évènements récents. On lui a fait un triomphe.

Le reste du programme comprenait la Marche des femmes de le Veuve Joyeuse (j'ai déjà entendu ça quelque part!), une grande valse: Rêve d'or qui ressemble à toutes les valses et d'autres morceaux qui auraient fait très bien au Cinéma pour accompagner "Rigadin prisonnier" malheureusement les projections manquent.

L'orchestre est toujours aussi consciencieux et Mr Chatenet aussi distingué.

D. Durand

Prote, mon ami je passerais bien des coquilles, mais vraiment vous exagérez! C'est très bien de connaître Rostand, mais il ne faut pas le confondre avec Souza. C'est le premier qui a chanté les Cadets de Gascogne. Le compositeur américain a simplement intitulé son morceau: Marche des Cadets.

(signature illisible)