Retranscription du Tuyau, numéro 9, page 3 (9 septembre 1915)

Voir la page originale du journal ici

séparation

Notre Bibliothèque

L'appel que j'ai lancé dans le "Tuyau" il y a quelques semaines n'est pas resté sans écho. Les dons nous sont venus nombreux, et passé de deux ou trois ouvrages dépareillés, notre bibliothèque a maintenant une importance suffisante pour que je puisse vous entretenir de sa situation et envisager avec vous les moyens susceptibles d'être employés pour assurer son développement.
Notre fonds est actuellement d'environ 150 volumes, 100 sont déjà en circulation, les 50 autres sont entre les mains de notre relieur et vont venir de jour en jour augmenter le nombre des disponibles.
En m'en rapportant à notre cahier des dons et à celui des prêts ensuites, je peux conclure que l'initiative du "Tuyau" a été des plus heureuses et qu'elle a été fort bien accueillie. Vous pouvez en juger par vous-mêmes, en vous livrant à une facile statistique. Du 15 août au 4 septembre nous avons par les échanges et le roulement donné satisfaction à 317 demandes, le camp ne comptant guère que 150 Français et les livres n'étant prêtées que pour 8 jours, cela représenterait à peu près un livre par homme et par semaine! C'est là un beau résultat!
Nous ne nous en tiendrons pas là et nous avons tout lieu d'espérer que sous peu de nouveaux livres viendront enrichir notre bibliothèque. J'ai pu faire appel à la libéralité des éditeurs parisiens et des sociétés bibliographiques. Je ne doute pas que ces deux sources ssoient pour nous très fructueuses.
Déjà notre catalogue (que nous publieront bientôt) compte les principaux noms de la littérature française, les classiques et les modernes y sont représentés: Rabelais, Rousseau, La Bruyère, Beaumarchais, Vigny, Daudet, Dumas, Musset, Hugo, Les Margueritte, Landan, Thuriet, France, Boylesve etc.
J'ai reçu ces derniers temps, un certain nombre de lettres de camarades d'autres camps, qui seraient eux aussi disposés à se dessaisir de leurs livres en faveur de la bibliothèque du "Tuyau", à la condition de pouvoir bénéficier de la lecture de ceux que nous possédons déjà. Cette proposition est des plus intéressantes et sa réalisation ne pourrait être que profitable à tous. Si nous avons en effet, dans le 1er Camp, que (illisible) 150 volumes, il n'est pas douteux que (illisible) trouvé autant dans chacun des autres camps. Notre Bibliothèque par le nombre et la variété de ses ouvrages pourrait alors nous assurer la lecture pour tout l'hiver.
Malheureusement, jusqu'à maintenant, la difficulté des communications d'un camp à un autre, nous a obligés à limiter notre service de prets. Mais nous ne désespérons pas! Née dans le 1er Camp, la musique offre maintenant ses concerts au premier bataillon tout entier, il ne sera peut-être pas impossible que notre Bibliothèque obtienne les mêmes avantages et soit autorisée à faire de l'exportation. Quand tous nos ouvrages seront reliés et en état de circuler, nous solliciterons cette autorisation des autorités allemandes. Tout nous permet de croire qu'elle sera bien accueillie! En terminant, je veux remercier les généreux donateurs aussi bien ceux dont la contribution fut modeste, que les fastueux mécènes qui se séparèrent de leur collection privée dans l'intérêt de la collectivité. Je veux aussi rendre hommage au bienveillant appui que nous a apporté Mr le Chef de la Censure, en nous faisant bénéficier d'un certain nombre d'ouvrages égarés, sans indication de propriétaires. Ces "enfants perdus" ont trouvé l'hospitalité sur les rayons de notre Bibliothèque. Ceux qui avaient souffert et étaient détériorés ont été réhabillés et remis à neuf par notre relieur. Ils ont trouvé une grande famille qui veillera sur eux. Ils appartiennent désormais à tout le monde!
Le Tuyau

séparation

Règlement de la Bibliothèque du "Tuyau"

I - Une bibliothèque a été fondée sous les auspices du Journal "Le Tuyau". Elle se compose de livres offerts par nos camarades. Elle est ouverte en principe à tous les lecteurs du 1er Camp.
II - La bibliothèque est ouverte pour les échangesau "Tuyau" chaque soir de 7 à 8 heures.
III - Les livres sont prêtés au maximum pour 8 jours. Celui qui conservera un livre au delà de ce délai sera frappé d'une amende de 10Pfg par jour de retard.
IV - Le produit de ces amendes sera employé à l'achat de nouveaux livres.
V - Le prêt est rigoureusement personnel, celui qui a emprunté un livre ne doit s'en déssaisir sous aucun prétexte.
VI - Le service de la bibliothèque sera supprimé à tout emprunteur qui ne se soumet pas au règlement, qui aura détérioré un livre ou qui se refusera à payer l'amende.